Ecole des Platanes - Le Perray en Yvelines

Accueil > Du CP au CM2 > 2007/2008 > CM2 > Marchandage

Marchandage

vendredi 11 juillet 2008

Mathilde V. et Léa F.

Vendredi 6 Juin

Le marchandage

Une cliente grande, brune, aux yeux bleus, exigeante, entre dans un magasin pour acheter une robe. La vendeuse lui indique le prix mais cela lui cause quelques surprises.

« Bonjour Madame, que cherchez-vous ?
- Je cherche une belle robe moderne.
- Regardez celle-ci, elle est très moderne et elle vous irait très bien.
- Combien coûte-t-elle ?
- 100F
- 100F ! Mais vous avez bu ou quoi ? l’interrogea la cliente surprise.
- Non, je n’ai pas bu. Pourquoi ?
- Eh bien, 100F, c’est cher ! répliqua-t-elle en soufflant. Elle a plutôt appartenu à la femme de Clovis, ajouta-t-elle en riant.
- Mais bien sûr, pendant que vous y êtes à Lucy l’Australopithèque ! s’exclama la vendeuse.
- Pff ! Vous exagérez, il n’y avait pas de magasin Kiabi à l’époque, déclara la cliente.
- Et alors, je m’en fiche ! C’est 100F et puis c’est tout ! C’est moi qui la vends et pas vous d’accord ? protesta-t-elle.
- En plus, elle est abîmée et n’a pas de jupon !
- Mais puisque je vous dis qu’elle fait partie de la dernière collection ! reprit-la marchande excédée.
- Bon, ça va bien, je m’en vais de ce magasin de fou où tout coûte trop cher. Au revoir, Madame.
- Oui, c’est ça, au revoir. »

La cliente sortit du magasin en rouspétant et entra dans une nouvelle boutique mais ne trouva rien. Et tout l’après-midi, elle entra et sortit des commerces, s’amusant ainsi à ennuyer chaque vendeur.


Le marchandage

Dans une écurie, une cavalière rencontre un vendeur de chevaux. Elle lui demande :

« Combien coûte ce cheval ?
- Il coûte 5000€, indique le vendeur.
- Ce prix est trop élevé, hurla la cavalière.
- C’est un cheval qui a fait de la compétition, répondit le vendeur.
- Je ne veux pas d’un cheval de compétition.
- Il ne mange que 5 kg de granulés par jour et ne boit que 30 l d’eau.
- Mais il est trop maigre, remarqua la cavalière !
- C’est le même cheval que Marie Antoinette, bafouilla le vendeur.
- J’ai toujours détesté Marie Antoinette !
- Son pelage est très rare, renchérit l’astucieux vendeur.
Ah bon ! Je n’avais pas remarqué tellement il est sale ! »

Puis le vendeur rajouta qu’il donnerait en plus la nourriture pour une journée.
La cliente accepta le marché, et fit une balade et se rendit compte des nombreuses qualités de son nouveau cheval.

Lauriane et Yohan